Posts tagged ‘Half Life’

30 mai 2011

Half Life

par Valenco

Défaut caché

Le succès a toujours quelque chose de suspect. C’est comme mon salon, quand il est propre… c’est que j’ai planqué la poussière sous le tapis. Half Life, c’est un peu ça. En apparence, nous avons tous les ingrédients d’une des plus belles réussites ludiques. Et pourtant, quand on gratte le vernis, quand on enlève la peinture, quand on retire le papier-peint et quand on regarde sous la jupe d’une fille… on se prend une baffe.

Half Life, c’est quoi ? Deux jeux principaux (le 1 et le 2, quoi…) et une cohorte d’addons, de mods, d’extensions, de patches et autres produits dérivés censés raviver sans cesse l’appétit et le porte-monnaie de millions joueurs. Derrière cette façade dorée se cache en réalité le local à poubelle tant ces jeux (le 1 et le 2, quoi…) accumulent tares, ratages et, j’ose le dire, approximations.

Si vous avez comaté pendant les 15 dernières années et que vous n’êtes pas au courant de l’élection de Nicolas S. comme président de la république française*,  je vous livre un résumé de l’histoire et de ses incohérences qui, à elles seules, vous permettront de comprendre à quel point Half Life est peut-être l’arnaque virtuelle du siècle.

Le jeu vous glisse dans les baskets malodorantes de Gordon, un scientifique mutique muté dans un complexe scientifique secret, Black Mesa. A peine arrivé, Gordon, tel le Gaston Lagaffe de base, plante sa première expérience et ouvre une sorte de faille spatiotemporelle par laquelle déferlent des créatures toutes plus sanguinaires et ridicules les unes que les autres.
Et là, je dis : « Première incohérence ! ». Comment un type aussi idiot qu’une plaquette de beurre Elle&Vire peut-il être embauché dans un centre réunissant la crème des scientifiques contemporains ? C’est un peu comme si on disait que Christophe Maé est un chanteur. C’est un non sens.

Mais ce n’est pas tout. Alors que Gordon tente de sauver ses petites miches des tentacules gluantes des extra-terrestres, il tombe nez à nez avec une bande de militaires bien décidés à lui faire la peau. Mais ce qu’ils ne savent pas nos bidasses, c’est que le Gordon, c’est un dur à cuir et là, je dis…
… « deuxième incohérence ! ». Comment un gars pas foutu de survivre sans se glisser dans une combinaison orange peut-il, en l’espace de quelques minutes, se transformer en un guerrier plus efficace et sanguinaire qu’un Huns en colère ? Deux solutions possibles, soit les développeurs se foutent de notre gueule, soit les militaires adverses sont membres de la 7eme Compagnie.

Et encore… pendant toute votre aventure, vous verrez régulièrement apparaitre un gugusse en costard cravate très intéressé par vos pérégrinations et totalement insensible aux milliers de balles et de grenades que vous allez lui balancer parce que au bout d’un moment ça commence à suffire, non mais sans blague, hein.
Et là, je clame : « troisième incohérence !!! ». Alors que vous pataugez dans l’eau saumâtre des égouts, que vous dérapez dans les flaques de sang et d’humeur visqueuse de vos victimes, que les flammes grillent les poils de votre nez, l’autre gugusse en costard se ballade au milieu de ce chaos sans qu’une mèche de ses cheveux ne bouge. Et pendant que vous luttez pour votre survie, il vous regarde avec l’air niais du chasseur à l’affut après l’heure de l’apéro.

Des exemples tels que ceux-là, on pourrait en égrener pendant des plombes (je vous invite d’ailleurs à le faire). Seulement voilà, à l’instar du patron du Pullman Bar à Auxerre qui ne cesse de dire à mes potes piliers de comptoir « les gars, y va peut-être falloir commencer à finir, parce que c’est pas que je m’emmerde mais c’est l’heure de mon cours de piscine », je pense qu’il est temps de conclure et de résumer les éléments d’Half Life qui me titillent un peu le cortex.

  • Le G-Man avec sa mallette ridicule
  • Les sons de pas dans Half Life 1 (putain, ce qu’ils m’agacent…)
  • Le héros aussi muet qu’un étudiant interrogé sur le dernier cours qu’il a séché

* Hé oui ! Il a été élu en 2007. Ça fait mal, hein…

Publicités
Étiquettes :